Voyager en Ferry, ce n’est pas toujours « Easy »

En route pour le Maroc

Traversée en Ferry Gênes/Tanger Med

Je ne vais pas vous reparler de notre embarquement, mais à partir de notre arrivée dans le Ferry. Nous avons choisi GNV pour nous rendre au Maroc, car la fois d’avant, nous avions fait la liaison Grèce/ Italie avec la compagnie Grimaldi et c’était une catastrophe d’un point de vue hygiène (toilettes bouchées et très très sales… ).

On ne vous cache pas que l’on s’attendait à trouver un ferry à l’identique de Grimaldi, car nous avons lu tant de critiques à propos de GNV sur différents forums.

Lorsque nous avons quitté le garage du bateau et que nous sommes arrivés à l’étage où se trouvait la réception… une agréable surprise, un ferry propre, du personnel au taquet, souriant et une cabine plus que correct.

Notre cabine de ferry

Nous avions pris un forfait pension complète. Les repas étaient plutôt bons. Le restaurant était spacieux, propre et bien insonorisé.

48h de Ferry, il faut bien nous occuper !

A plusieurs reprises, il y a eu des projections de films en français dans une vraie salle de cinéma. Un spectacle de musique arabe et des animatrices  se sont chargées d’occuper des enfants du ferry lorsque ceux-ci étaient très excités (leur mettre de la musique, leur gonfler des ballons baudruches…). Et la configuration du navire est telle que l’on ne se sent pas toujours parqué au même endroit. Il y avait 4 endroits où nous pouvions nous installer confortablement :

  • Salle de spectacles (où ont eu lieu la soirée de musique arabe et le contrôle de police marocaine) et en journée elle servait aussi de salon pour se reposer, lire, écrire, dessiner …
  • Salle du bar avec une télévision
  • Terrasse couverte de la piscine (pas en fonction), qui a servi de lieu pour fumeurs, et de snack.
  • Salle de cinéma (projection de nombreux films dans différentes langues y compris en français)
Soirée musique arabe
Boum pour les enfants !

Il y avait aussi des salles de jeux type casino, ou de jeux vidéos, des boutiques Duty free … et au dernier étage de notre bateau se trouvait la salle d’animation pour les enfants (pas en fonction non plus car il y avait très peu d’enfants).

En conclusion, nous mettons la note de 4,5 sur 5 à GNV.

Débarquement du ferry

C’était un peu le bazar, pourtant bien organisé au début : l’équipage avait séparé les passagers par catégorie, mais au moment de rejoindre les garages s’étaient le foutoir total.

Nous voilà enfin dans « BigFoot », un sentiment identique à chaque retrouvaille avec notre maison sur roues : de bien-être, nous sommes CHEZ NOUS et avons retrouvé nos repères.
Il est tant de sortir du ferry, c’est un peu chaotique mais Flo est rodé maintenant.

Police / Douane

Vous êtes prêts car il va falloir suivre, asseyez-vous prenez un café ou une bière suivant l’heure et c’est parti !

Premier contrôle à la sortie du ferry :

On présente nos papiers. Le policier nous demande combien nous sommes, on lui répond « 4 » et là il nous demande assez sèchement de voir les enfants. C’est la nuit, il ne voit pas bien les enfants qui sont attachés et qui ne comprennent pas pourquoi on leur demande de s’approcher pour qu’on les voit. Il a fallu s’y prendre à plusieurs reprises pour qu’ils se détachent et viennent près de la fenêtre ! C’est OK, on peut continuer notre route.

On se dirige ensuite vers le poste de police qui précède la douane :

Et là c’est un joyeux bazar !

On nous saute dessus en nous demandant si nous avons déjà rempli le formulaire vert… on répond non et là nous sommes embarqués dans un tourbillon. Accrochez vos ceintures 

Le « type » que nous prenions pour un policier nous dit :

« Viens, viens suis-moi » et nous voilà entrain de couper les lignes de voitures et de se rapprocher des guichets. Le « type » demande à Flo « ton passeport, ta carte grise » et le voilà parti avec le tout, un autre gars vient lui prêter main forte.

Le premier revient pendant que l’autre rempli l’imprimé sur notre capot et nous annonce les tarifs : « 10 € pour être bien placé dans la file d’attente et 10€ pour l’imprimé »

Entre temps, on se fait alpaguer par d’autres gars qui veulent nous vendre des cartes sim.. ceux-ci se font malmener par le premier type.

Puis un autre en uniforme arrive  à notre fenêtre et nous demande : « il vous a demandé quoi ? » on lui répond les tarifs annoncés et il nous dit : « non non non, rien vous ne donnez rien !» Oui mais le type a notre carte grise !

Le policier (cette fois-ci le vrai), part dans tous les sens pour repérer de qui on parle et réussit à choper le type. Celui-ci nous rend nos papiers (la même maudite carte grise que nous avions perdue à l’embarquement).

Une fois le policier parti, la personne qui avait rempli l’imprimé revient à la charge et nous le donne tout griffonné, on lui a filé 3€ et Flo est parti chercher un imprimé vierge pour que je le remplisse proprement.

Vous suivez toujours ?

Direction le guichet de la douane :

On avance très lentement vers les guichets suivants, là nous sommes devant un spectacle incroyable :

Des douaniers dans tous les sens qui contrôlent l’imprimé vert et les véhicules surchargés de tonnes d’affaires. C’est négociation en tout genre !

Il faut avouer que ça passe le temps surtout ! Au bout d’un moment, Flo descend de BigFoot et se dirige vers le douanier avec son imprimé vert et … celui-ci l’envoi vérifier le numéro d’entrée présent sur le passeport où ?…au premier guichet de police… et voilà Florent qui repart faire un petit footing  au milieu des voitures, des alpagueurs, des voyageurs qui sont perdus. Flo trouve enfin un policier qui ne regarde même pas son passeport et qui lui dit : « ok c’est bon ! » Oui mais il ne me faut pas une preuve pour le douanier ? « non, non répond le policier, tu lui dis que c’est ok »

Flo revient vers le douanier et lui donne son imprimé vert et plus rien …  on s’attend à ce que l’on vienne contrôler l’intérieur. Les pirates dorment profondément sur leurs réhausseurs. 20 minutes plus tard, le douanier revient et vérifie juste les vélos. « Vous pouvez y aller »…

Enfin, le contrôle est fini on se dirige non pas vers la sortie, mais le dernier guichet (non ce n’est pas une blague !) mais c’est rapide cette fois-ci.

Arrêt pour la nuit sur le parking du port

Après 2h d’attente pour quitter la douane, les enfants endormis bouches ouvertes, il est minuit trente, on décide de dormir sur le parking du port, au milieu de nouveaux rabatteurs ! On ferme tout, on couche les pirates, on fait de même, Rideau.

4 commentaires sur “Voyager en Ferry, ce n’est pas toujours « Easy »”

  1. C’était le parcours du combattant ! … et il n’y avait pas un Khaled à l’arrivée, qui avec ses connaissances, nous avait fait passer en cinq/sept par toutes les formalités ! Vous avez eu tout de même de la chance de récupérer votre carte grise et un imprimé vert ! Flo, bravo pour ton sang froid et toi Mure pour avoir gardé BIGFOOT et les enfants en dehors de cette panique !… une nouvelle expérience qui vous servira à éviter – peut-être – cet embroglio à la sortie du territoire.
    Arrivés maintenant dans ce beau pays, nous vous souhaitons de belles conditions atmosphériques, de la détente et beaucoup de plaisir à sa découverte et à la rencontre des gens du pays qui sont renommés à être accueillants. Des bisous à vous quatre – papy/manou

  2. Je me demande s’il n’y a pas une formation spécifique pour les douaniers afin de leur apprendre à bien mettre le bazar juste devant leur guichet !
    En tout cas je suis impressionnée par le ferry que vous avez pris. Je n’ai jamais eu ça sur les voyages à travers la Méditerranée que nous avons fait. On a même eu le droit à un ferry où le restaurant était fermé les 3/4 du temps et aucune possibilité d’acheter une simple bouteille d’eau…
    Belle découverte du Maroc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *